Plaidoyer pour les graisses alimentaires !

Evidemment, je ne vous parle pas de la graisse corporelle que certaines rêvent de chasser à coups (et coûts…) de bistouri; ni – bien pire – de la graisse viscérale qui s’installe insidieusement autour de vos chers petits organes, empêchant leur bon fonctionnement et pouvant mener à terme à des maladies cardiovasculaires…

NON,  je vous parle des acides gras ou lipides, ces macro-nutriments longtemps décriés, accusés INJUSTEMENT (et là, je m’insurge, je m’écrie, je trépigne !) d’être la source de tous les maux : prise de poids, obésité, maladies cardio-vasculaires. Or, les lipides sont INDISPENSABLES à notre existence et et devraient représenter 30% à 33% des apports énergétiques quotidiens. Carburant de réserve pour l’organisme, ils jouent de nombreux rôles :

  • rôle structurel, les lipides entrant dans la composition des membranes cellulaires et du système nerveux;
  • rôle de réserve d’énergie essentielle au corps (pour réguler sa température, etc);
  • rôle fonctionnel, car à l’origine de molécules importantes telles que les hormones

Alors oui, comme il existe de bons & de mauvais chasseurs, dixit les Inconnus (oui, je l’admets, c’est une référence de haut vol !), il y a de bons & de moins bons acides gras.

Pour faire simple, seules les graisses saturées et transformées sont à limiter le plus possible (indice : elles sont souvent à l’état solide à température ambiante) : elles sont présentes dans la margarine, les frites, chips, biscuits…

En revanche, les autres acides gras sont extrêmement bénéfiques pour la santé !

  • Les acides gras poly-insaturés, avec nos fameux omégas 6 & omégas 3, sont dits « essentiels » car notre corps ne peut les synthétiser (l’alimentation doit donc impérativement les apporter) : ils sont présents dans des huiles de tournesol/maïs/pépin de raisin, les céréales, les viandes, etc, pour les omégas 6; les huiles de colza/lin/noix, les poissons gras (saumon, hareng, etc), les oléagineux (noix…) pour les omégas 3.                                                               Aujourd’hui, nous consommons trop d’omega 6 au regard de notre consommation d’omega 3 (rapport idéal : 1 W3 pour 3 W6), donc allez-y, faîtes le plein d’omega 3 à chaque repas, votre corps vous dira merci : bon fonctionnement du système cardio-vasculaire, du cerveau et des défenses immunitaires; ils auraient même un impact dans la prévention du stress, de l’anxiété, voire de la dépression.
  • Les acides gras mono-insaturés avec les omégas 9 : reconnus pour abaisser le « mauvais cholestérol »  et augmenter le « bon cholestérol », on les retrouve dans l’huile d’olive/de colza, les noisettes, les amandes, l’avocat, etc (à consommer sans excès car ce sont des aliments caloriques…bien que « bonnes » calories !).                                                                                                                        Dans cette famille, vit encore dans l’anonymat un certain omega 7 qui ne devrait plus rester dans l’ombre bien longtemps… De très récentes recherches menées un peu partout dans le monde sont en train de mettre à jour les incroyables vertus de cet acide gras : réduction de la résistance à l’insuline;  baisse du taux de glucose sanguin; action positive contre l’obésité; normalisation des niveaux de cholestérol, et j’en passe ! L’omega 7 serait à la fois un acide gras et une hormone (ou « lipokine »), et pas n’importe quelle hormone : une hormone chargée de régulariser le métabolisme des graisses, autrement dit son rôle est de s’opposer à l’accumulation des lipides, charmant non ? Peu d’aliments contiennent cet acide gras, les 3 principales sources étant l’argousier, l’huile d’avocat et les noix de macadamia.

Alors oui, Mesdames, les lipides – quand bien choisis – sont vos meilleurs amis pour la vie qu’on se le dise !