Le sucre … un aliment à sucrer le plus possible !

Et pourtant je peux vous dire que j’adOOOOre ô combien le sucre ! Chocolat au lait, noir, simple ou fourré au pralin/à la ganache/…, crème glacée nappée de chocolat chaud (oust les sorbets, pas assez gras !), tartes ou gâteaux sous toutes leurs formes, bref, je bave devant une sucrerie comme un gamin de 2 ans devant un rayon Toys »R »us en plein boom de Noël.

Oui, les glucides ou hydrates de carbone sont indispensables à la santé (40% à 50% de notre ration alimentaire) : ils sont le carburant idéal de nos efforts, le glucose étant même la seule source d’énergie utilisée par notre cerveau !

Mais comme pour les lipides, il y a les bons et les mauvais glucides, schématiquement classifiés en 2 catégories :

  • les glucides simples, qui créent un coup de boost sur le moment, mais suivi de gros coups de pompe (et là, nous sommes clearly dans un « vicious Circle » !).
  • les glucides que nous offre la nature sous une forme « complexe« , ce qui confère aux aliments des qualités nutritionnelles et énergétiques variées, et permet également de fournir des apports énergétiques, structurels et fonctionnels adaptés aux besoins de nos cellules.

Or le sucre appartient clairement à la 1ère catégorie, pouvant même être qualifié de glucide « ultra rapide » puisque raffiné à travers des procédés complexes, physiques et chimiques !

Non adapté au métabolisme cellulaire et dépourvu de tout micro-nutriment (ce sont des calories vides !), le sucre est même toxique pour l’organisme : production accrue d’insuline, caramélisation des protéines alimentaires, déséquilibre de la balance acides-bases … et bien sûr les risques d’obésité et de diabète de type 2 induits.

Le Dr Robert Lustig dans Sucre l’amère vérité  compare même les effets du sucre à celui de l’alcool ! Composé à moitié de fructose,  le sucre engraisserait le cerveau et le foie, un peu à la manière de l’alcool, quand il est consommé régulièrement et à haute dose : « le fructose peut vous détruire le foie et engendrer les mêmes maladies (toutes les maladies !) que l’alcool » !

Flippant, non ? Surtout quand on prend conscience que le sucre est partout et souvent vous ne le savez même pas : boîtes de conserve (maïs…), charcuteries, boissons aux fruits, plats préparés et mêmes vos poêlées de légumes au-dessus de tout soupçon ! Nous sommes ainsi passés d’une consommation de 1kg de sucre/personne/an en 1780 à 45kg/personne/an en 1965 !

J’enfonce le clou, oui mesdames, vous qui souhaitez le meilleur pour vos p’tits bouts… Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande  une consommation de  100 calories max/jour sous forme de sucre libre (25g) pour un enfant (2 à 18 ans), vos petites blondes ingèreraient la moitié de cette ration sur le seul repas du petit déjeuner ! En cause ? Les jus de fruits  (non, un jus de fruits n’a pas les mêmes bénéfices qu’un fruit !) et surtout les céréales pour enfants (ces soi-disantes céréales n’ont rien à voir avec des céréales brutes : c’est du sucre à l’état pur !) que vous associez souvent à des produits « sains » (vive le marketing :)).

Je vous laisse sur ces réflexions (mon objectif initial était de faire des articles courts… encore raté, mais le sujet est crucial !). Je reviendrai sur ce thème des glucides en abordant la notion d’indice glycémiquefondamentale – ce qui vous aidera à faire les bons choix en terme de glucides pour une assiette équilibrée et une bonne santé (et je ne parle pas de votre balance !).

En attendant : lisez les étiquettes et traquez la moindre présence de sucre caché; privilégiez au mieux le fait-maison (vous savez ce que vous mettez dans vos plats !); pensez à la Stevia si vous ne pouvez vous passer de sucre pour le moment pour vos thés/cafés/yaghourts (le mieux étant de ne rien rajouter :)), etc.

Et oui aux biscuits, gâteaux & co – car l’équilibre ne peut se construire sans gourmandise – mais OCCASIONNELLEMENT seulement ! Donc pas à tous les repas, on s’entend…:)